Rupture d’anévrisme : causes, symptômes et chances de survie

rupture d'anévrisme chance de survie

L’être humain est souvent exposé à un large éventail de problèmes de santé tout au long de son existence. L’une des affections plus fréquentes est la rupture d’anévrisme cérébral. Cependant, malgré son nom effrayant, cette maladie est encore relativement peu connue. Dans cet article, vous découvrirez ce qui peut causer une rupture d’anévrisme et les chances de survie après la rupture.

Qu’est-ce qu’une rupture d’anévrisme ?

Pour une définition de la rupture d’anévrisme, vous devez vous référer au glossaire. Un anévrisme est une zone où la paroi d’un vaisseau sanguin s’est affaiblie pour une raison inconnue. Lorsque la pression sanguine est appliquée à cette zone endommagée, une petite poche de sang se forme.

Une rupture d’anévrisme est alors la rupture de la paroi d’une artère remplie de sang créant ainsi une hémorragie. Cette hémorragie provoquée peut être fatale. Si l’anévrisme se rompt dans une artère du cerveau, il s’agit là d’un anévrisme cérébral. S’il est rompu dans l’aorte abdominale, on parle d’anévrisme aortique abdominal.

Qu’est-ce qui peut provoquer une rupture d’anévrisme ?

Les anévrismes, quelle que soit leur localisation dans le corps, peuvent se rompre lorsque la pression sanguine dans la paroi artérielle devient trop élevée, et la rupture peut provoquer une hémorragie. C’est pourquoi la principale cause de rupture d’anévrisme est l’hypertension artérielle.

Plus la pression artérielle est élevée, plus l’anévrisme est grand et plus le risque de rupture est important. Cependant, il existe d’autres causes pour certains types d’anévrismes rompus :

L’athérosclérose (accumulation de plaques d’athérome et obstruction des artères en raison d’un taux élevé de mauvais cholestérol dans le sang), l’accident kystique idiopathique (maladie vasculaire), les traumatismes, la syphilis et la vascularite (maladie vasculaire) peuvent provoquer la rupture d’anévrisme de l’aorte abdominale.

Les causes de rupture d’anévrisme cérébral comprennent les troubles génétiques du tissu conjonctif (syndrome de Grönblad-Strandberg), le syndrome d’Ehlers-Danlos (trouble génétique avec altération de la production de collagène) et l’embolie (formation d’un thrombus par une bactérie dans l’artère).

Quels sont les symptômes d’une rupture d’anévrisme ?

Les symptômes d’une rupture d’anévrisme dépendent de sa localisation et de sa cause. Cependant, plusieurs signes permettent d’identifier une rupture d’anévrisme.

Les symptômes des anévrismes de l’aorte abdominale sont généralement indolores. La douleur n’apparaît que si l’anévrisme est suffisamment grand pour supporter un tissu doté de terminaisons nerveuses.

Lorsqu’un anévrisme de l’aorte abdominale se rompt, le symptôme caractéristique est une douleur soudaine et intense irradiant dans le dos, l’abdomen, le dos et l’aine et les jambes. Il peut généralement y avoir d’autres signes et symptômes. Il s’agit notamment de l’anxiété et de l’hypotension artérielle.

Les symptômes d’alerte sont différents pour les anévrismes cérébraux. Ils peuvent inclure des troubles visuels (strabisme, diplopie, cécité). Il peut également y avoir des douleurs faciales, des maux de tête sévères et des tremblements ou des mouvements incontrôlés des paupières et des yeux.

rupture d'anévrisme chance de survie

Quelles sont les chances de survivre à une rupture d’anévrisme ?

En cas de rupture d’anévrisme cérébral, la chance de survie est élevée. En fait, environ trois quarts des personnes survivent à une rupture d’anévrisme cérébral. La moitié d’entre eux se rétablissent avec succès, tandis que l’autre moitié souffre de complications. Ces complications peuvent être temporaires (maux de tête et vertiges) ou permanentes (perte de sang).

En revanche, si une personne tombe dans le coma, les chances de survie après une rupture d’anévrisme sont très faibles. Les jeunes ont une chance sur dix de survivre, tandis que les patients de plus de 60 ans ont une chance sur vingt de survivre.

Quant à la rupture d’anévrisme de l’aorte abdominale, selon les autorités sanitaires françaises, ce type d’anévrisme tue environ 2 000 personnes par an en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − 7 =