Schizophrénie : en quoi consiste le test du regard ?

Le dépistage de la schizophrénie chez un individu atteint n’est pas une tâche aisée. Bien qu’il existe différentes méthodes pour diagnostiquer cette maladie, une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Aberdeen a révélé qu’un simple test des yeux pourrait permettre de détecter la schizophrénie. Dans cet article, nous vous expliquerons en quoi consiste ce test. 

Qu’est-ce que la schizophrénie ?

La schizophrénie est une affection complexe qui se caractérise par une altération de la conception de la réalité, souvent accompagnée d’idées délirantes ou d’hallucinations. Cela conduit fréquemment à une détérioration des relations sociales et est souvent perçu par la plupart comme de la démence. 

Les personnes atteintes de schizophrénie présentent souvent des symptômes tels que la paranoïa, la mégalomanie, les idées délirantes, les hallucinations, l’isolement social, la dépression, la perte d’empathie, les troubles de mémoire et la psychose. Il est important de noter que la violence envers la société est extrêmement rare chez les personnes atteintes de cette affection. 

En réalité, leur agressivité est généralement dirigée contre elles-mêmes. Près de la moitié des personnes affectées ont tenté de se suicider au moins une fois au cours de leur vie. Environ 10 à 20 % d’entre eux en meurent.

Comment le test du regard peut-il aider à détecter la Schizophrénie ?

Les individus souffrant de schizophrénie ont souvent des difficultés à maintenir un contact visuel et à fixer leur regard. Ainsi, le test du regard se révèle être un outil précieux pour diagnostiquer la schizophrénie, car il évalue la capacité de fixation qui est liée au stress de la fixation. 

Cependant, cet exercice s’avère extrêmement difficile, voire impossible, à faire pour une personne affectée. 

Étude sur le test du regard

Ce test est effectué à l’aide d’un oculomètre, un appareil de suivi oculaire. Il enregistre le temps qu’un individu prend à fixer un objet ou une personne, ainsi que les différentes directions prises par l’œil.

Les chercheurs de l’Université d’Aberdeen ont comparé deux groupes de participants : un groupe formé de personnes atteintes de schizophrénie et un autre formé de participants témoins. Les résultats de leur étude sont sans appel : en utilisant une batterie de tests, ils ont réussi à développer un modèle de test qui permet de diagnostiquer les personnes schizophrènes avec un taux de réussite de 98,3 %. Aucune personne saine n’a été faussement diagnostiquée comme souffrant de schizophrénie.

Quelles sont les limites du test du regard ?

Les limites de ce test dans le diagnostic de la schizophrénie sont évidentes. Les personnes dont la vue est altérée font face à de la discrimination lorsqu’elles sont exclues en raison de leur échec au test de regard. Il existe en effet un faible taux de personnes dans le groupe des individus sains qui ne parviennent pas à fixer un objet, mais qui ne souffrent pas de schizophrénie. 

De plus, il est possible que des personnes ayant un test négatif soient en réalité atteintes de schizophrénie, ce qui en fait des faux négatifs. Il est donc impossible de tirer des conclusions sans effectuer un test complémentaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit + huit =