Éjaculation précoce : comment se libérer de ce problème sexuel ?

ejaculation precoce

Selon plusieurs études scientifiques, l’éjaculation précoce toucherait près de 30 % des hommes. Pour les personnes touchées par cette pathologie, il s’agit d’un véritable casse-tête et d’une grande inquiétude constante. Cependant, avec les meilleurs traitements, il est bien possible de s’en remettre. Dans ce guide, découvrez tout ce qu’il faut savoir sur ce mal.

Que sait-on de l’éjaculation précoce ?

L’éjaculation prématurée est un bouleversement de la sexualité très fréquent chez les hommes. Il arrive à tout moment, comme la plupart des pathologies qui ne préviennent pas. Dans la pratique, on dit qu’une personne souffre d’éjaculation précoce lorsqu’elle éjacule beaucoup plus tôt que prévu.

Habituellement, le liquide sort très peu de temps après la pénétration et dans le pire des cas, il peut sortir avant le début de l’acte sexuel. C’est une réaction inconsciente qui ne dépend pas de la volonté du sujet. L’éjaculation précoce est un trouble qui empêche de jouir et de faire jouir. Il est presque impossible de déterminer à quel moment précis et le temps qu’il faut pour qualifier une éjaculation de précoce.

Tant que l’éjaculation n’est pas contrôlée et qu’elle a un effet négatif sur l’épanouissement sexuel du couple, alors il s’agit d’une pathologie qui demande sans doute un traitement approprié. Pour l’homme, qui est la première victime de ce problème, ce mal représente une profonde source de mal-être. C’est un trouble qui est de nature à entacher l’estime de soi et à provoquer des frustrations, sans oublier les tensions internes qui pourraient naître de temps en temps dans le foyer.

Dans de nombreux couples, l’éjaculation précoce est le moyen le plus rapide de pousser le partenaire à demander le divorce ou à l’adultère. Responsable d’anxiété et d’angoisse, l’éjaculation prématurée peut avoir pour cause la dépression ou un abus sexuel dans l’enfance. On pense aussi à d’autres causes d’ordre biologiques et médicales telles que les maladies thyroïdiennes ou l’inflammation de la prostate. Heureusement, l’éjaculation précoce ne figure pas parmi les maladies incurables. Il est donc possible de la soigner et de retrouver sa vigueur sexuelle d’autrefois.

3 astuces pour soigner l’éjaculation prématurée

Il est vrai que ce trouble peut contrarier toute personne qui le vit. Toutefois, il existe tout de même un plan pour dire définitivement au revoir à cette perturbation sexuelle.

Discuter avec un professionnel de santé

Rien ne vaut une conversation sincère avec un professionnel de santé. En vérité, il ne vous servira à rien de garder le secret pour vous. En contactant un spécialiste, vous aurez l’assurance d’avoir les meilleurs conseils pour en sortir.

Le simple fait de mettre des mots sur vos maux est déjà un grand pas vers la guérison totale. Vous avez le choix entre discuter de ce problème avec votre médecin traitant habituel ou en parler avec un autre spécialiste comme le psychologue, l’urologue ou le sexologue. Tous connaissent ce problème et seront capables de vous recommander les meilleures solutions qui existent.

S’exposer à une thérapie comportementale

Cette piste est à explorer parce qu’elle produit des résultats fiables. En effet, l’approche de la thérapie comportementale va permettre d’identifier rapidement le problème et de corriger les failles de la pensée qui entraînent les éjaculations prématurées.

Généralement, ce sont les psychologues et les sexologues qui maîtrisent le plus le fonctionnement de ce type de thérapie. Elle est dispensée dans le cadre d’un suivi personnalisé strict qui peut, de temps en temps, faire intervenir la partenaire du patient.

Cette solution aide à identifier les causes du mal. Durant la prise en charge, il y a une phase d’éducation psychosexuelle. Tout est fait pour stopper le réflexe éjaculatoire à la base du mal. Des conseils sont prodigués au patient pour l’amener à modifier son rapport à lui-même.

ejaculation precoce

Se discipliner pour maîtriser son éjaculation

La maîtrise de l’éjaculation est un processus d’apprentissage qui passe par deux techniques d’excitation. Il s’agit de techniques d’autostimulation du pénis qui amènent l’intéressé à s’entraîner en se masturbant. Il n’est pas nécessaire d’être accompagné d’un partenaire pour y arriver. On estime qu’avec un peu d’entraînement, tous les hommes atteints d’éjaculation précoce peuvent arriver à retarder efficacement leur éjaculation de plusieurs minutes.

L’une de ces techniques est celle de la compression ou le squeeze. Il s’agit pour l’homme d’arrêter intentionnellement un rapport sexuel spécialement, au moment où l’orgasme arrive. À ce moment, vous devez utiliser le pouce ou l’index pour comprimer la base du gland pendant 30 secondes.

Il faut toutefois s’assurer que la compression soit suffisamment ferme en veillant à ce qu’elle ne soit pas douloureuse. Cela déclenche une interruption provisoire de l’éjaculation et une diminution de l’érection.

La deuxième technique est le « stop and start ». C’est aussi une méthode d’autostimulation qui soigne l’éjaculation précoce. En pratique, il s’agit d’arrêter définitivement un rapport sexuel quand l’envie d’éjaculer est imminente. La différence avec la première méthode est qu’il n’y a pas de compression à faire sur le gland. Ces deux techniques nécessitent de la discipline pour fonctionner de manière optimale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 10 =